L’Arabie Saoudite se rapproche de la Russie

rapprochement-russie-arabie-saoudite

Confiants, les Occidentaux attendaient une hausse de la production de pétrole de l’OPEP. Ils ont été gratifiés d’une baisse et il est donc peu probable de voir les cours baisser significativement. Leur oscillation entre les 120 dollars le baril constatés au mois de juin les 75 de septembre, devrait, sauf imprévu, se poursuivre. La baisse de la production est en effet compensée par les craintes de ralentissement économique mondial. De la guerre en Ukraine aux masochistes sanctions occidentales en passant par l’absurde politique sanitaire chinoise, les occasions ne manquent pas pour précipiter le monde dans la récession.

La décision de l’OPEP a ulcéré les Américains, Joe Biden en tête. Dans sa relation avec l’Arabie Saoudite, ce dernier aura multiplié les virages. Après avoir tonitrué qu’il ferait du royaume wahhabite « un paria » pour le punir de l’assassinat du journaliste d’opposition Kashoggi, il s’y est finalement rendu l’été dernier. Tout sourire, comme il sait si bien le faire, il a plaidé pour une hausse significative de la production de l’OPEP. Mohamed ben Salmane (MBS) n’a rien refusé, rien concédé non plus. L’argument maintes fois utilisé (« il ne faut pas financer la guerre de Poutine ») ne pouvait que laisser froid celui qui ne se sent pas concerné par la guerre en Ukraine, conflit purement européen estime-t-il, comme d’ailleurs bien d’autres dirigeants. De plus, les leçons de morale permanentes de l’occident, et à géométrie variable, exaspèrent le royaume.

Et puis le couperet est tombé : l’OPEP+ (comprenant la Russie) a acté une baisse de production de 2 millions de barils/jours. Le contraire de ce qu’attendait Biden et ses vassaux occidentaux. Cerise sur le gâteau : il semble bien que l’Arabie Saoudite ait pesé de tout son poids (et il est fort important) pour qu’une telle décision soit prise.

Elle est lourde de sens. L’Europe, obsédée par sa croisade anti-russe, n’a pas anticipé les conséquences énergétiques des sanctions prises contre son principal fournisseur. L’Amérique avait promis son aide diplomatique, et voilà qu’elle est inopérante. Car qu’on ne s’y trompe pas : si les Américains sont ravis de vendre leur coûteux GNL (Gaz Naturel Liquéfié) à l’Europe, ils ne peuvent quantitativement compenser le gaz et le pétrole russes.

Bien embarrassé, Joe Biden a solennellement annoncé qu’il allait « réévaluer » la relation de l’Amérique avec l’Arabie Saoudite. On attend avec intérêt un train de sanctions, pathologie américano-européenne en pleine expansion. Cela n’a pas beaucoup ému MBS et un ministre saoudien a rappelé que les membres de l’OPEP+ avaient pris cette décision à l’unanimité.

Cela n’arrange évidemment pas les affaires des démocrates à quelques semaines des élections « mid-term » à l’issue desquelles ils risquent de se retrouver minoritaires tant au Sénat qu’à la Chambre des représentants. L’inflation ne baissera pas aux États-Unis et les prix à la pompe resteront très élevés.

Le risque pris par MBS est important : les achats d’armes par les Saoudiens aux Américains sont considérables et le Congrès peut bien décider de les restreindre ou de les suspendre. Il est manifestement décidé à prendre ce risque.

Tout cela en dit long sur la nouvelle donne géopolitique en cours. L’occident, à force de parler sans cesse de l’isolement russe, ferait bien de changer de prisme. Vu d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine, le climat est bien différent. L’alliance des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud) se porte bien et l’on dit que l’Algérie et l’Iran frappent à sa porte. L’Iran qui a justement intégré l’OCS (Organisation de coopération de Shanghai) dont le sommet de Samarcande (Ouzbékistan) fut une réussite où l’on a célébré la naissance d’un monde multipolaire qui tentera de mettre fin au monde unipolaire tenu par l’empire américain et accepté par ses vassaux européens.

C’est l’enjeu géopolitique majeur des prochaines années.

MOYEN ET PROCHE-ORIENT

L’Arabie Saoudite, au cœur du basculement géopolitique

Depuis le déclenchement de l’opération Z par la Russie, les équilibres (ou déséquilibres) géopolitiques ont été bouleversés. La croisade dans laquelle s’est lancée l’occident, sous la houlette de Washington et de Londres, n’a pas convaincu ce qu’il appelle avec un brin de mépris, « le reste du monde ». De l’Asie au Proche-Orient en passant par l’Afrique […]

Read More
MOYEN ET PROCHE-ORIENT

Pourquoi la Turquie a encore choisi Erdogan ?

Comme le laissaient prévoir les résultats du premier tour, Erdogan a remporté l’élection présidentielle turque. Avec 52% des voix sa marge est étroite mais le succès est là et le sultan est au pouvoir pour cinq ans de plus. Cette victoire a surpris de nombreux observateurs en particulier les médias occidentaux qui avaient multiplié les […]

Read More
MOYEN ET PROCHE-ORIENT

La Syrie ou le grand combat contre l’islamisme

Damas, la capitale de la Syrie, est une des plus vieilles villes du monde. Déjà habitée du temps des Babyloniens ou des Assyriens, elle régna longtemps sur d’immenses territoires. Les Hittites, les Perses, les Romains, les Byzantins s’y succédèrent puis les Arabes et l’islam s’implantèrent au VIe siècle. Damas régna alors sur un immense empire […]

Read More