Les catastrophes libanaises

Le 4 août 2020 une immense explosion partie du port ravageait Beyrouth, notamment les quartiers chrétiens. Le bilan est effroyable : 218 morts, 7000 blessés et 300 000 sans-abris.

Un an après, l’enquête n’a que peu avancé : que faisaient-là ces tonnes de nitrate d’ammonium ? Qui les avait déchargées et pourquoi ? Pourquoi aucune mesure de sécurité n’a été prise ? L’unique juge (!) chargé des investigations est bien en peine de répondre à ces questions. L’ombre du Hezbollah plane sur ce drame, symbole de l’incurie d’une classe politique corrompue et incapable, mais qui peut mettre en cause la seule milice qui n’a pas été désarmée à l’issue de la guerre ?

Cet unique juge ne manque tout de même pas de courage et a lancé début juillet des poursuites contre près d’une dizaine de personnalités importantes, dont plusieurs anciens ministres. Elles viennent compléter celles qui avaient déjà été décidées contre des responsables du port et des douanes. Leur responsabilité est écrasante : tout ce petit monde connaissait la présence du stock de nitrate et de nombreuses missives échangées l’attestent de façon accablante. Cette passivité est criminelle et ne s’explique d’ailleurs pas de façon rationnelle.

Mais la première tâche chronologique est d’abord de comprendre pourquoi un navire-poubelle venu de Géorgie en passant par la Turquie et la Grèce a débarqué 2750 tonnes de nitrate d’ammonium en 2013, et de déterminer avec certitude à qui appartenait cet explosif. Les causes exactes de l’incendie qui a entraîné l’explosion ne sont pas non plus connues avec certitude.

Il faudra aussi relancer l’enquête sur l’assassinat en 2014 du colonel Joseph Skaff, un des responsables des douanes qui n’a eu de cesse d’alerter sur l’extrême dangerosité de ces explosifs. Qui peut croire qu’il n’y a pas un lien entre sa mort et ce stock de nitrate qu’il voulait supprimer ?

D’autres zones d’ombre planent sur cette enquête et l’indignation des beyrouthins est grande. Chacun a encore en mémoire les images de ces malheureux civils obligés de se débrouiller seuls pour nettoyer leur ville et secourir les blessés en raison de l’incurie d’un Etat dont les responsables ont, à cette occasion, touché le fond de l’ignominie.

Quant au Liban, il a touché le fond du malheur.

Car à cette catastrophe s’ajoute la crise financière qui ruine une grande partie de la population. La livre libanaise s’est effondrée, le pays ne peut plus rembourser sa dette et les Libanais ne peuvent même pas retirer leurs économies de leur banque. L’hyperinflation achève le travail et faire un plein d’essence relève de l’exploit. Plus grave encore, beaucoup de Libanais n’ont plus les moyens d’acheter les produits de première nécessité devenus d’ailleurs rares, et la misère s’abat sur eux.

Face à ce drame, la communauté internationale, Emmanuel Macron en tête, a longtemps adopté une position incompréhensible : des aides substantielles seront envoyées à condition que la classe politique fasse des réformes. Elle n’en n’a bien sûr faite aucune et les sommes finalement envoyées étaient bien trop faibles pour changer le cours des choses.

Ce n’était plus tenable. Lors d’une conférence internationale qui s’est tenue le 4 juillet, le Président a promis 100 millions et a demandé aux autres pays d’apporter 350 millions. C’est mieux mais en réalité très insuffisant pour un pays en faillite.

Surtout, la classe politique responsable de tout cela est toujours en place empêchant par là-même toute perspective de redressement.

MOYEN ET PROCHE-ORIENT

L’Arabie Saoudite, au cœur du basculement géopolitique

Depuis le déclenchement de l’opération Z par la Russie, les équilibres (ou déséquilibres) géopolitiques ont été bouleversés. La croisade dans laquelle s’est lancée l’occident, sous la houlette de Washington et de Londres, n’a pas convaincu ce qu’il appelle avec un brin de mépris, « le reste du monde ». De l’Asie au Proche-Orient en passant par l’Afrique […]

Read More
MOYEN ET PROCHE-ORIENT

Pourquoi la Turquie a encore choisi Erdogan ?

Comme le laissaient prévoir les résultats du premier tour, Erdogan a remporté l’élection présidentielle turque. Avec 52% des voix sa marge est étroite mais le succès est là et le sultan est au pouvoir pour cinq ans de plus. Cette victoire a surpris de nombreux observateurs en particulier les médias occidentaux qui avaient multiplié les […]

Read More
MOYEN ET PROCHE-ORIENT

La Syrie ou le grand combat contre l’islamisme

Damas, la capitale de la Syrie, est une des plus vieilles villes du monde. Déjà habitée du temps des Babyloniens ou des Assyriens, elle régna longtemps sur d’immenses territoires. Les Hittites, les Perses, les Romains, les Byzantins s’y succédèrent puis les Arabes et l’islam s’implantèrent au VIe siècle. Damas régna alors sur un immense empire […]

Read More