Cette guerre qui enchante les Américains

Biden guerre en Ukraine

Six mois après leur piteuse retraite d’Afghanistan où ils furent la risée du monde, les Américains semblent tenir leur revanche. L’invasion russe de l’Ukraine, qu’ils ont annoncé si fort qu’ils semblaient bien la désirer, n’a, pour l’instant, que des avantages.

Tout d’abord, les sanctions prises dans la précipitation par les Européens vont leur permettre de leur vendre du gaz naturel liquéfié (GNL) au prix fort. Jusqu’à présent, l’écart de prix était tel avec le gaz russe que les achats européens étaient marginaux. Les présidents américains n’avaient pourtant pas ménagé leurs efforts pour inciter les Européens à être plus compréhensifs mais sans grand succès, grâce notamment aux Allemands qui préféraient traiter avec les Russes. Le fameux gazoduc Nord-Stream II avait pu s’achever dans la douleur malgré les menaces et les sanctions des États-Unis.

Cet échec américain n’aura pas duré longtemps et, dès l’invasion, la pression fut mise sur l’Allemagne qui cette fois céda. Nord Stream II est fermé avant même d’avoir commencé à fonctionner, provisoirement il est vrai mais c’est la première reculade allemande sur le sujet. Elle est facilitée par la présence des Verts au gouvernement, pour qui l’idéologie russophobe passe avant l’intérêt national. Les Allemands réfléchissent maintenant à de gigantesques investissements permettant d’être approvisionnés en GNL. Ils dépenseront donc beaucoup pour acheter plus cher : à Washington on doit sourire quelquefois.

Les autres pays européens sont également sommés de s’orienter vers d’autres sources d’énergie. Ce ne sera pas simple : l’Algérie et la Norvège ont fait savoir qu’ils ne pouvaient produire plus et, pas de chance, l’Iran et le Venezuela sont sous sanctions. L’Amérique en a décidé ainsi et l’Europe a obéi, bien sûr. Seule la courageuse Hongrie résiste. En attendant l’Ukraine continue d’être approvisionnée en gaz russe. Au bal des hypocrites…

Autre satisfaction américaine, le gigantesque pont aérien destiné à approvisionner l’Ukraine en armes. Cela réjouit bien sûr le complexe militaro-industriel pour qui les bonnes affaires vont reprendre. Ces armes sont données et non vendues dit-on parfois. En réalité beaucoup seront payées par l’Ukraine qui sera pour cela soutenue financièrement par les États-Unis mais aussi par l’Europe. Belle opération.

De plus le réarmement annoncé de nombreux pays occidentaux permettra à l’Oncle Sam de rentrer largement dans ses frais. Gageons ainsi que beaucoup, comme l’Allemagne, sauront par exemple choisir des F35 et non des Rafale. Mais nous continuerons à faire comme si de rien n’était.

Troisième satisfaction américaine : la presque unanimité européenne contre la Russie. Ce ne fut pas toujours le cas : ainsi en 2003, lorsque l’Amérique attaqua l’Irak sous les motifs les plus mensongers, Paris, Berlin et Moscou s’étaient rapprochés pour condamner cette guerre. Washington en avait été profondément irrité et inquiet. Presque vingt après, la revanche semble totale.

Mais nous ne sommes qu’au début de cette histoire et les Américains feraient bien de ne pas crier victoire si vite. Ils en font déjà trop comme souvent. Biden a appelé à un changement de régime à Moscou, et plusieurs journaux américains affirment que ce serait grâce aux renseignements américains que le croiseur russe Moskva a été coulé et que plusieurs généraux russes ont été abattus. Le Pentagone a démenti mais ces affirmations sont crédibles. La frontière entre soutien et cobelligérance devient ténue.

Plusieurs responsables américains comme Lloyd Austen ne cachent pas leur volonté d’affaiblir durablement la Russie. C’est la ligne des faucons qui l’a emportée et c’est une pente bien incertaine car il est peu probable que ces menaces fassent reculer Poutine dont la popularité est au plus haut en Russie.

EUROPE UKRAINE

La dernière folie d’Ursula

Plus les affaires militaires de l’OTAN vont mal en Ukraine, plus l’Europe se lance dans une ahurissante fuite en avant pour intégrer à marche forcée un pays en guerre. C’est bien sûr la Commission de Bruxelles qui est à la manœuvre, représentée par sa sémillante présidente, Ursula von der Layen. Elle n’est élue par personne, […]

Read More
RUSSIE UKRAINE

La guerre en Ukraine à un tournant

                Vingt et un mois après le déclenchement de la guerre en Ukraine, le conflit semble être à un tournant. La croisade occidentale lancée contre la Russie sous la houlette de Washington a clairement échoué, et dans tous les domaines.                 Economiquement tout d’abord. Les sanctions (nous en sommes à la treizième ou quatorzième vague, […]

Read More
UKRAINE

La corruption en Ukraine, une histoire sans fin

Peut-on continuer à dépenser des milliards aux frais des contribuables européens pour un pays notoirement corrompu ? Pour éviter que trop d’Européens ne se posent la question, le régime ukrainien s’est tout à coup lancé dans une spectaculaire opération « mains propres ». A la veille du sommet européen du 3 février à Kiev, des perquisitions ont eu […]

Read More