La dernière folie d’Ursula

Plus les affaires militaires de l’OTAN vont mal en Ukraine, plus l’Europe se lance dans une ahurissante fuite en avant pour intégrer à marche forcée un pays en guerre. C’est bien sûr la Commission de Bruxelles qui est à la manœuvre, représentée par sa sémillante présidente, Ursula von der Layen. Elle n’est élue par personne, mais agit comme un véritable président d’une Europe qui n’en possède pas.

Ne nous en étonnons pas, c’est le fonctionnement normal du « machin » où les élus du Parlement européen ne semblent pas servir à grand-chose et avalisent, quand on leur demande leur avis, les décisions concoctées par la toute puissante Commission. Les élections à venir changeront peut-être certains fonctionnements mais la Commission poursuivra son œuvre.


En agissant ainsi, et sans se faire contredire par les chefs d’Etat ou de gouvernement européens (hormis Viktor Orban), Ursula von der Layen commet plusieurs graves erreurs qui se révéleront au grand jour au fil des ans.
Tout d’abord, elle fait passer l’Ukraine devant d’autres pays des Balkans qui tendent la sébile depuis longtemps : Serbie, Monténégro, Macédoine du Nord, Bosnie-Herzégovine, Albanie. Certes, on ne peut qu’observer avec circonspection l’arrivée dans l’Europe de pays aussi pauvres et, hormis la Serbie, aux taux de chômage fort élevés. La Serbie qui n’est d’ailleurs pas vue d’un bon œil par la Commission, car elle n’accepte pas d’entrer dans la russophobie ambiante, sésame pourtant indispensable pour être accueilli avec le sourire.

Le président Vukic vient en outre de remporter largement les élections législatives anticipées, et la tentative de révolution de couleur qui a suivi semble tourner court.

Emmanuel Macron, lors d’une entrevue pour l’admission de la Serbie dans l’UE, avec le président Vukic.


A quel titre accélérer l’examen de la candidature de l’Ukraine ? Il s’agit d’une posture purement idéologique qui ne trompe personne. Elle provoque logiquement une grande amertume chez des pays candidats en vain depuis des années et fait croire aux Ukrainiens qu’un avenir radieux les attend, contrepartie macabre de leur résistance sanglante face à l’armée russe. En réalité, leur candidature prendra de longues années et ne débouchera pas nécessairement sur une adhésion : le peuple ukrainien a-t-il conscience de ce marché de dupes ?


Accepter la candidature d’un pays en guerre est une autre erreur. C’est sans précédent et c’est surtout une décision qui n’intègre pas la défaite militaire de l’Ukraine. Celle-ci devient très probable maintenant et, en tout cas, il lui sera évidemment impossible de reconquérir le Donbass ou la Crimée. Dans ces conditions, poursuivre la guerre à tout prix défie l’entendement. L’Angleterre, agent américain avéré de l’Europe, qu’elle a pourtant quittée, veut la guerre jusqu’au bout, jusqu’au dernier ukrainien, selon l’expression consacrée. La France et l’Allemagne suivent docilement, contre toute raison. Pour quel résultat ? Le temps joue en faveur de la Russie et l’on veut se persuader du contraire. Le drame, c’est que nous n’avons plus de politique étrangère. Sous la houlette de Washington, nous sanctionnons de façon compulsive un pays qui a moins besoin de nous que le contraire.


Une autre erreur majeure de cet élargissement est l’absence de considération pour l’opinion des peuples européens. Dans leur grande majorité, ils ne veulent pas voir entrer l’Ukraine dans l’Union. Ils savent bien que le coût en sera exorbitant et que la France, déjà gros contributeur (21,6 milliards en 2024), verrait sa participation croître. Il n’y aura bien sûr plus de referendum sur le sujet, souvenir cuisant de nos si démocrates dirigeants.

Il y a également beaucoup à dire sur la corruption endémique qui sévit en Ukraine. De nombreux scandales ont éclaté et l’Europe préfère regarder ailleurs tout en sachant parfaitement ce qu’il en est.
L’Europe est un bateau ivre piloté par des commissaires et des fonctionnaires que personne n’a élus et que personne ne sanctionne. Et nous sommes prisonniers dans ce bateau.

Antoine de Lacoste

Laisser un commentaire

EUROPE

La Hongrie, le dernier Etat chrétien d’Europe ?

La Hongrie est, à l’origine, le pays des Magyars. Ce peuple, venu des steppes d’Asie centrale, n’était pas turcoman comme tant d’autres, mais finno-ougrien. Cela donne une grande originalité à sa langue, à nulle autre pareille. Seul le finnois peut s’y apparenter. Il se fixa en Europe centrale et fut à l’origine de la création […]

Read More
RUSSIE UKRAINE

La guerre en Ukraine à un tournant

                Vingt et un mois après le déclenchement de la guerre en Ukraine, le conflit semble être à un tournant. La croisade occidentale lancée contre la Russie sous la houlette de Washington a clairement échoué, et dans tous les domaines.                 Economiquement tout d’abord. Les sanctions (nous en sommes à la treizième ou quatorzième vague, […]

Read More
EUROPE

Le Kosovo ou la réussite d’une manipulation

Le bombardement de la Serbie, décidé par les Américains en 1999 pour obliger ce pays à abandonner sa province du Kosovo, a donné lieu à une manipulation des faits d’une ampleur rare.                 Les principaux médias occidentaux, au garde à vous comme il se doit, ont relayé en cœur cette fable selon laquelle la Serbie […]

Read More